Première habitude des personnes efficaces : la pro activité

Vous est-il déjà arrivé de définir une liste de tâches, de courses ou de choses à faire durant une journée, une semaine, un mois, voir une année et au final ne pas arriver à le faire ?

Cela peut être aller de simples courses au supermarché qui doit se caler dans une semaine bien remplie à des projets plus important comme planifier un voyage, acheter une voiture, passer son permis ou une certification professionnelle, acheter un appartement ou une maison, etc.

Dans les 7 prochaines semaines je vais vous présenter, en 7 étapes, un livre qui a bousculé mes habitudes quotidiennes et qui fait partir de mon TOP 10 des Livres à lire quand on veut être efficace.

Ce livre s’appelle “Les 7 habitudes des gens efficaces” de Stephen Covey. Ce sont les 7 habitudes des personnes qui réussissent tout ce qu’elles entreprennent.

Cette semaine intéressons-nous au principe premier : Etre Proactif. 

Cette attitude ou plutôt ce qui doit devenir une habitude est par opposition à la réactivité. Elle suggère de prendre contrôle de sa vie, de ne pas être dans une position d’action / réaction c’est-à-dire d’attendre que les chose se passent avant de prendre une décision et d’agir. On ne doit pas se laisser fatalement contrôler par notre environnement.

Vous allez souvent, ou peut-être, rencontrer des difficultés en fonction de la nature de votre projet. Réfléchissez un peu et vous allez trouver quelques problèmes déjà rencontrés. Cela peut être, par exemple, un compte bancaire très souvent dans le rouge qui vous a fait perdre la confiance de votre banquier, cela peut être un collègue ou un chef trop intrusif au bureau qui vous empêche d’avoir votre augmentation salariale, des charges financières mensuelles trop lourdes qui vous empêchent de partir en vacances vers votre destination de rêve, etc…Face à ces « supposés » problèmes il faut être pro actifs.

Mais être pro actif c’est quoi ?

C’est avoir la conscience soi qui permet de se démarquer de soi-même et d’examiner en profondeur la congruence de nos paradigmes avec les principes fondamentaux de l’efficacité.

Est-ce que la vision que nous avons de nous-mêmes est le reflet d’un miroir social ? Si c’est le cas, notre existence est tributaire de l’environnement extérieur. Nos cartes sont tracées par les autres. Notre caractère est une série de réactions aux divers stimuli du moment.

« Entre le stimulus et la réponse, l’homme a toujours la liberté de choisir la nature de sa réponse ».

Etre proactif c’est être profondément convaincu que l’on est responsable de sa vie. Nos comportements découlent de nos décisions conscientes, de nos choix, et non pas de nos conditions. Une décision inconsciente est une réaction émotionnelle irréfléchie.

Les personnes réactives construisent leur vie émotionnelle sur les faiblesses et les défauts des autres, à qui elles cèdent le contrôle et la commande.

« Personne n’a le pouvoir de vous faire mal sans votre consentement » disait Eleanor Roosevelt.

En termes de Gandhi : « ils ne sont pas capables de nous priver de notre dignité sans notre accord ».

Il faut prendre l’initiative

Les gens sont, par conditionnement, réactifs : ils attendent que le temps arrange les choses, que quelqu’un prenne soin d’eux, ou que les autres décident à leur place.

Les personnes qui réussissent sont par contre proactives : elles anticipent, elles cherchent les solutions et ne tournent pas autour des problèmes.

En revenant sur les exemples de problèmes cités plus haut, il faut capitaliser sur ce qui s’est déjà produit pour anticiper quelque chose de similaire qui pourrait survenir. Si vous êtes souvent à découvert et que cela vous empêche de solliciter votre banque pour un projet, il faut anticiper sur les projets futurs. J’appelle anticiper le fait de remettre son compte dans le vert soit en dépensant moins par mois, soit en vendant des objets dont vous ne vous servez jamais. Ça parait brute mais en regardant dans votre appartement, vous allez trouver des objets ou vêtements jamais servis. Pourquoi les gardez si vous ne vous en servez jamais et pouvez en tirer de l’argent ?

Faites un courrier à votre banquier, en lui indiquant votre bonne foi, et que votre compte sera dans le vert bientôt. Non seulement il sera surpris mais c’est aussi une confiance qui naitra de là. Mettez-vous à la place de votre banquier, vous auriez réagi pareillement en étant agréablement surpris de la bonne foi de votre client.

Les gens espèrent plus des actes négatifs que positifs. C’est la nature humaine qui pense ainsi. Alors quand l’acte positif se produit on change d’opinion.

En conclusion

Les gens passent leur temps et dépensent leur énergie à s’occuper de choses plus ou moins importantes, plus ou moins urgentes. De ce fait, nos activités peuvent être divisées en deux cercles : cercle de préoccupations et cercle d’influence.

Le cercle de préoccupations regroupe toutes les choses sur lesquelles nous n’avons aucun ou peu de contrôle : le climat, les conditions, le comportement des autres…

Tandis que le cercle d’influence regroupe les choses que nous pouvons contrôler : notre attitude, nos actions, notre travail…

Notre niveau de proactivité est affecté par le cercle dans lequel nous passons le plus clair de notre temps et où nous dépensons le plus précieux de notre énergie.

Pour plus d’efficacité, notre focus doit être porté sur notre cercle d’influence, notre champ d’action et de production. Passer le plus de son temps dans le cercle de préoccupations renforce l’emprise des autres sur notre vie et cultive l’esprit négatif.